Visuel principal de l’article
Bibliothèque de rue, dans un parc à Bourg en Bresse
Contenu national
Thème
Enfance
Familles
Commune
Bourg en Bresse

A la rencontre des jeunes lecteurs

Paragraphes de contenu
Ancre
0
Texte

Une couverture, la charrette d'un vélo chargée d'une quarantaine de livres jeunesse et trois bénévoles motivés... et c'est parti pour partager lecture et autres plaisirs avec de jeunes lecteurs, au coin de la rue.

Pendant près de 3 ans, de 2017 à 2019, une bibliothèque de rue a proposé aux enfants du quartier des Lilas de se retrouver autour de livres et de jeux.  Comme beaucoup d'autres activités, elle n'a pas résisté aux contraintes des confinements successifs. Au printemps 2021, il est décidé de la relancer pour réaffirmer la volonté du Secours Catholique de sortir de ses murs et d'aller à la rencontre de l'autre.


Mercredi 5 mai, première réunion

 Sont présentes Marion, l'animatrice, et trois bénévoles. Parmi elles, Soizic est celle qui a porté le projet. Elle explique aux autres comment l'activité s'est mise en place.
Soizic :
"Le quartier des Lilas (rue des Marguerites, derrière la gare) a été identifié par le réseau de lecture publique (RLP) de l'Ain comme ayant peu de lecteurs inscrits dans les médiathèques locales. Grâce à une convention avec le RLP, on a obtenu le prêt à long terme de livres pour enfants pour monter la bibliothèque de rue.
Puis, de la publicité a été faite auprès du Centre social, contact a été pris avec le directeur de l'école primaire du quartier et des tracts ont été distributés le matin devant l'école pour annoncer lieu et heure du rendez-vous.
On a d'abord choisi le samedi matin, mais peu de monde se présentant, le créneau a rapidement été déplacé au samedi après-midi. La bibliothèque de rue fonctionne selon les principes d'ATD Quart Monde, c'est à dire à l'air libre pour attirer les jeunes lecteurs, qui restent ainsi à la vue des parents.
L'équipe était constituée de 8 bénévoles, qui se partagent les samedis par groupe de 3. Tous assis sur une grande couverture, on fait lire les enfants ou bien on lit à haute voix. Des jeux permettent aux plus énergiques de se défouler. Bien sûr, en cas de pluie ou de températures très froides, l'activité n'a pas lieu.
La difficulté est de résister au découragement lorsque les enfants en se présentent pas, et ce parfois plusieurs samedis d'affilée : la fréquentation est imprévisible. C'est la régularité de la présence de l'équipe qui va fidéliser les lecteurs."


Nouvel envol, nouveaux lieux !

Après cette présentation, le groupe est partant pour relancer la bibliothèque, et on s'interroge sur le choix d'un nouveau lieu.
Successivement sont évoquées les possibilités de s'installer dans le centre d'hébergement des migrants de la rue Nodet ou dans le quartier des Veynes ou encore dans le parc Jean Monnet. Finalement, on tombe d'accord sur les espaces verts situés à côté de la médiathèque Aimé Césaire. Le créneau choisi est celui du mercredi après-midi, de 16 heures à 18 heures l'été et une heure plus tôt l'hiver.
Lors d'une réunion suivante, on va sur place reconnaître les lieux, qui semblent à la fois accueillants et bien situés. Rendez-vous est pris avec la responsable de la médiathèque pour la fin du mois de juin. Une nouvelle rencontre permet de se retrouver pour vérifier l'état du matériel, vélo et charette, et dépoussiérer les livres rangés dans la remise. Tout est en ordre de marche, l'activité peut démarrer.


On se lance

Le rendez-vous avec la médiathèque est annulé au dernier moment. On décide de se lancer quand même pour tester le lieu et surtout offrir aux enfants une distraction pendant l'été. Une lettre avertit la mairie du lancement de l'activité.
Aussi, le 21 juillet, Géraldine*, accompagnée de Marie, d'Aurora et ses enfants et de Nino, déploient la couverture verte sur l'herbe pas loin de la Reyssouze. Pour être repérées et attirer les enfants, elles se sont coiffées des casquettes aux couleurs du Secours Catholique et des ballons de baudruche orange et bleus ont été gonflés et attachés à la charette. Rapidement ou petit à petit, une dizaine d'enfants rejoint le groupe et commence, qui à lire, qui à jouer ou dessiner.
Le mercredi suivant, la séance connaît un peu moins de succès. Et, après une interruption de 15 jours, les deux "bibliothécaires" qui se retrouvent, mercredi 25 août, au parc Jean Monnet, avec couverture, ballons, livres, feutres et crayons de couleurs font carrément chou blanc : le parc est quasi désert et les rares enfants qui passent ne sont pas intéressés. Elles en profitent pour mieux faire connaissance et évoquer leur engagement bénévole et les deux heures passent très vite.
Pour la séance du 1er septembre, il est décidé de changer d'endroit et de s'installer à proximité de la médiathèque Aimé Césaire : les enfants sont bien au rendez-vous, une quinzaine de jeunes lecteurs , quelques parents et même une bibliothécaire s'intéressent à l'activité. Ce sera dorénavant l'emplacement où on dépliera la couverture et sortira les caisses de livres et de feutres et crayons de couleurs...

La lecture, cause nationale 2021-2022

D'autres personnes ont rejoint l'équipe mais il reste de la place, car il faut être en nombre pour faciliter l'organisation de cette petite aventure.
Cet été, le président de la République a annoncé que la lecture serait une des grandes causes nationales pour les mois à venir : il a promis toute une série d'initiatives mobilisant le monde de la lecture, depuis les enseignants jusqu'aux écrivains, en passant par les associations, les bibliothécaires, et les libraires.

Géraldine fait partie des organisatrices, elle raconte avec plaisir :
"Sur les pelouses de la Reyssouze, à l'ombre, avec des moutards autour de nous, ça allait, ça venait, ça dessinait, ça racontait des histoires.
Nous avons très facilement chacune trouvé notre "place" pour raconter des histoires ou pour installer les enfants pour dessiner (gros succès de l'activité mandala).
Le gonflage de ballon plaît visiblement beaucoup et nous avions fière allure avec nos casquettes."

Nino, 25 ans,  a rejoint le groupe et témoigne :
"Nous sommes parties à 4 bénévoles. Nous avons apporté des livres, des feuilles et des feutres pour dessiner. Les enfants dans le parc sont venus et nous avons commencé à lire un livre. Chaque enfant a choisi son livre préféré. La journée s'est très bien passée : beaucoup d'enfants ont dessiné. Tous les enfants ne comprenaient pas le français et une bénévole a commencé à traduire en espagnol. Moi, j'ai dessiné Mickey Mouse et j'ai lu un livre."

(*) Le prénom a été modifié.

 

 

 

Auteur et crédits
© Nino/Secours Catholique-Caritas France
Lire aussi